Références et recommandations (HAS)


Recommandation de bonne pratique en psychiatrie : Comment améliorer la prise en charge somatique des patients ayant une pathologie psychiatrique sévère et chronique. Recommandation - Argumentaire

Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d'avoir un trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité Synthèse - Recommandation - Argumentaire

Manifestations dépressives à l'adolescence : repérage, diagnostic et prise en charge en soins de premier recours

Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l'enfant et l'adolescent

Autisme et autres TED : diagnostic et évaluation chez l’adulte

1. Anorexie mentale : prise en charge

Ces recommandations de bonne pratique ont pour objectif d’aider à : repérer plus précocement l’anorexie mentale ;

Sont concernés : les préadolescents, les adolescents et les jeunes adultes.

Les axes prioritaires d’amélioration de la qualité des soins définis pour ce travail sont les suivants :

L’élaboration de ces recommandations de bonne pratique résulte d’un partenariat entre la HAS et l’Association française pour le développement des approches spécialisées des troubles du comportement alimentaire (AFDAS-TCA), et répond également à une demande de la Direction générale de la santé.

Recommandation de bonne pratique  -  30/9/2010

2. Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l’adulte - Note de cadrage

Cette note de cadrage présente le projet de recommandations de bonne pratique sur le thème « Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l'adulte », qui est en cours de réalisation par la HAS

L’objectif de ce travail est l’élaboration de recommandations de bonne pratique dans le but :

Population concernée :

Professionnels concernés : ce sont les professionnels qui orientent les enfants au passage à l’âge adulte et ceux qui adressent les adultes pour diagnostic; ceux qui font le diagnostic; et ceux qui accompagnent les personnes.

Demandeur : Plan Autisme 2008-2010

Déroulement du travail :

Recommandation de bonne pratique  -  3/6/2010

3. Note de cadrage de recommandations de bonne pratique : « Autisme et autres troubles envahissants du développement : programmes et interventions chez l’enfant et l’adolescent »

Cette note de cadrage présente le projet de recommandations de bonne pratique sur le thème « Autisme et autres troubles envahissants du développement : programmes et interventions chez l’enfant et
l’adolescent », qui est en cours de réalisation par la HAS et l’ANESM.

Les objectifs d’amélioration des pratiques retenus sont les suivants :

  • mieux évaluer les besoins et ressources individuels de l’enfant et de sa famille, dans chacun des domaines de fonctionnement et de participation habituellement touchés par les conséquences du trouble envahissant du développement (TED) en vue de proposer un projet personnalisé d’interventions considérées pertinentes pour répondre à ces besoins ;
  • offrir aux enfants et adolescents avec autisme ou autres TED ainsi qu’à leur famille un programme coordonné d’interventions à temps plein (interventions thérapeutiques, psychologiques, éducatives, scolaires, sociales) ;
  • mieux assurer la cohérence des différentes interventions entre elles (articulations internes au sein d’une structure, articulations externes avec les partenaires extérieurs à la structure, articulations entre les différentes structures rencontrées au cours de la trajectoire de vie de l’enfant puis de l’adolescent).

Population concernée : tout enfant ou adolescent avec trouble envahissant du développement, dès le diagnostic posé.

Professionnels concernés : principalement professionnels de santé et professionnels des établissements et services médico-sociaux ayant un contact direct avec des enfants et adolescents présentant un trouble envahissant du développement.

Demandeur : Plan Autisme 2008-2010

Déroulement du travail :

  • Début de l'étude : janvier 2010
  • Validation des instances des deux institutions : mars-avril 2010
  • Fin prévue : juin-juillet 2011
  • Publication prévue : septembre 2011
Recommandation de bonne pratique  -  31/5/2010

4. Maladie d'Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels

Ces recommandations portent sur l’organisation et le contenu d’une consultation annuelle qui est à proposer aux aidants naturels de personnes ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Sont concernés les aidants naturels ou informels de patients ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée diagnostiquée.

Les questions traitées sont les suivantes :

  • Définition des aidants naturels
  • Proposition d'une consultation annuelle
  • Contenu de la consultation annuelle
  • Interventions pouvant être proposées aux aidants naturels
  • Evaluation

L’élaboration de ces recommandations de bonne pratique s’intègre dans la mesure n° 3 du Plan Alzheimer 2008-2012 et répond également à une demande de la Direction de la sécurité sociale.

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
31/3/2010

5. Prise en charge des auteurs d’agression sexuelle à l’encontre de mineurs de moins de 15 ans

L’objectif principal des recommandations est de proposer aux professionnels concernés des stratégies de prise en charge thérapeutique des auteurs d’agression sexuelle à l’encontre de mineurs de moins de 15 ans.
Les recommandations répondent aux questions suivantes :

  1. Quelle est l’évaluation initiale à réaliser ?
  2. Quelle est la place de la prise en charge psychothérapique ?
  3. Quelle est la place du traitement pharmacologique ?
Recommandation de bonne pratique  -  16/3/2010

6. Surdité de l’enfant : accompagnement des familles et suivi de l’enfant de 0 à 6 ans, hors accompagnement scolaire

Ces recommandations concernent les enfants, et leur famille, qui présentent une surdité bilatérale permanente, et dont le seuil auditif > 40 dB HL peut entraîner des retards importants de développement du langage si l’environnement de l’enfant n’est pas très précocement adapté à ses besoins particuliers.
L’objectif principal de ces recommandations est de favoriser l’accès au langage par l’enfant sourd au sein de sa famille, quelle que soit la langue choisie – français ou langue des signes française. Il s’agit de :

  • développer la communication et le langage et suivre leur évolution
  • informer et accompagner les parents
  • prévenir les éventuels troubles psychiques et relationnels de l’enfant
  • identifier les lieux d’accueil et d’accompagnement des familles et de suivi des enfants sourds
Recommandation de bonne pratique  -  1/3/2010

7. Diagnostic et prise en charge de la maladie d'Alzheimer et des maladies apparentées

Ces recommandations ont pour objectifs d'homogénéiser les pratiques en matière de diagnostic et de prise en charge (interventions médicamenteuses et non médicamenteuses, suivi) des patients ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Elles n'abordent pas la question de la fin de vie.

Les principales questions traitées sont les suivantes :

  1. le diagnostic de la maladie d'Alzheimer
  2. le diagnostic des démences non-Alzheimer les plus fréquentes (démence vasculaire, démence à corps de Lewy, démence associée à une maladie de Parkinson, dégénérescence lobaire fronto-temporale, maladie de Creutzfelp-Jakob)
  3. le diagnostic précoce et l'annonce du diagnoctic
  4. les traitements médicamenteux spécifiques
  5. les traitements des symptômes comportementaux et psychologiques des démences (SCPD)
  6. les interventions non médicamenteuses
  7. les interventions portant sur le fardeau de vie et programmes d’éducation et de soutien des aidants familiaux et professionnels
  8. le suivi

Ces recommandations s’inscrivent dans un ensemble de travaux portant sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. Elles seront complétées par :

  • des travaux et documents réalisés dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012
  • des recommandations portant sur des situations cliniques spécifiques (troubles du comportement productifs, confusion) inscrites au programme de travail 2008 de la HAS

.

Recommandation de bonne pratique  -  20/1/2010

8. Note de cadrage de recommandations de bonne pratique : "Repérage et signalement des violences sexuelles intrafamiliales chez l’enfant"

Objectifs
Cette note de cadrage présente le projet de recommandations de bonne pratique (RBP) sur le thème « Repérage et signalement des violences sexuelles intrafamiliales chez l’enfant », qui est en cours de réalisation par la HAS (service des bonnes pratiques professionnelles).

Les recommandations prévues auront donc pour objectifs de :

  • favoriser un repérage précoce des violences sexuelles intrafamiliales, car plus la prise en charge des victimes est rapide à toutes les étapes, plus elle est efficace,
  • rappeler le contexte réglementaire, parfois mal connu des professionnels et qui peut être source de retard dans le signalement,
  • fomer et informer les professionnels sur ce sujet parfois encore considéré comme tabou et favoriser les échanges interdisciplinaires.

Les recommandations viseront à aider les professionnels de santé à détecter et à instaurer la prise en charge en cas de suspicion de violence sexuelle intrafamiliale chez un enfant. Elles ne développeront ni les éléments diagnostiques pour confirmer ou infirmer la maltraitance sexuelle, ni les modalités de prise en charge en cas de confirmation diagnostique.

Résumé
Les violences sexuelles chez l’enfant, au-delà du drame de société, constituent un important problème de santé publique si l'on prend en compte la fréquence des souffrances et des conséquences médico-psychologiques, psychiatriques et sociales pour les victimes à court, moyen et long terme.
Les maltraitances sexuelles incitent les professionnels de santé à un décloisonnement de leurs pratiques puisque s'impose un travail en partenariat et en réseau avec l'école, les services socio-éducatifs, les associations, mais aussi la justice et la police. Particulièrement, les violences sexuelles intrafamiliales ou domestiques doivent être pour les acteurs de santé une préoccupation centrale, dans la mesure où elles sont encore plus cachées et touchent les personnes les plus fragilisées.
Les recommandations porteront sur le seul repérage des violences sexuelles intrafamiliales chez l’enfant. Ce repérage peut porter sur une situation récente et toujours présente ou sur une situation plus ancienne, voire parfois terminée au moment du repérage. Toutes ces situations entrainent des traumatismes importants chez l’enfant qu’il est nécessaire d’identifier même à distance. Cependant l’expression de ces traumatismes et les modalités de repérage pouvant être différentes entre l’adulte et l’enfant, ces recommandations ne concerneront que le repérage chez l’enfant.
Les autres maltraitances ou agressions sexuelles en dehors du cadre familial seront exclues.

Demandeur : Direction générale de la santé

Déroulement du travail
Début de l'étude : avril 2009
Avis du Comité de validation des recommandations sur le cadrage : juin 2009
Validation de la note de cadrage par le Collège de la HAS : juillet 2009
Fin prévue : juin 2010
Publication prévue : septembre 2010

Méthode de travail : la méthode "recommandations pour la pratique clinique" sera utilisée.

Patients concernées : enfants jusqu'à 18 ans

Professionnels concernés : médecins généralistes, urgentistes, médecins et infirmières scolaires, psychiatres et pedopsychiatres, pédiatres, médecins de PMI, psychologues, Infirmières, puéricultrices, sages-femmes, gyneco-obstétriciens, médecins spécialisés en addictologie, travailleurs sociaux et éducateurs

Recommandation de bonne pratique  -  31/12/2009

9. Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Ces recommandations portent sur l’annonce et l’accompagnement du diagnostic de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Sont concernés les patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée pour lesquels le diagnostic a été posé et doit être annoncé. La stratégie diagnostique n’est pas abordée dans ces recommandations.

Les questions traitées sont les suivantes :

  1. Prérequis à l’annonce du diagnostic
  2. Annonce du diagnostic
  3. Accompagnement du diagnostic
  4. Situations particulières (déni ou anosognosie ; angoisse majeure ; stade sévère de la maladie ; isolement social ; dégénérescence lobaire fronto-temporale ; opposition de la famille)

L’élaboration de ces recommandations de bonne pratique s’intègre dans la mesure n° 8 du Plan Alzheimer 2008-2012.

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
25/11/2009

10. ALD n° 23 - Troubles bipolaires

Ce guide médecin est destiné à expliciter, pour les professionnels de la santé, la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 23 : affections psychiatriques de longue durée. Ce guide médecin est limité à la prise en charge du patient présentant un trouble bipolaire tel que défini dans la liste des actes et prestations correspondant à ce guide. L’objectif de ce guide est d’être un outil pragmatique auquel le médecin puisse se référer pour la prise en charge de la pathologie considérée.

Guides ALD  -  29/9/2009

11. ALD n° 15 - Maladie d'Alzheimer et autres démences

L’objectif de ce guide est d’expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 15 maladie d’Alzheimer et autres démences. C’est un outil pragmatique auquel le médecin traitant peut se référer notamment au moment d’établir le protocole de soins conjointement avec le médecin-conseil et le patient.

Ce guide concerne le diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des principales maladies apparentées : démence vasculaire, démence à corps de Lewy, démence associée à une maladie de Parkinson et dégénérescence lobaire fronto-temporale).

Guides ALD  -  9/7/2009

12. Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l'agitation

Ces recommandations concernent la prise en charge initiale de tous les patients âgés ayant une confusion aiguë et agités, avec ou sans démence connue sous-jacente. Si la prise en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer ou apparentés présente des spécificités, elle donne lieu à des recommandations spécifiques. Est exclue de ces recommandations la prise en charge de la confusion aiguë postopératoire.

Les recommandations visent à répondre aux questions suivantes :

  • Comment identifier une confusion aiguë ? Quels sont les symptômes de confusion aiguë à rechercher ? Quelles sont les indications de l’hospitalisation ?
  • Quelles sont les causes cliniques vitales ou évidentes à rechercher avant une sédation ?
  • Quelles sont les situations au cours de confusion aiguë chez les personnes âgées pour lesquelles une sédation médicamenteuse de courte durée est justifiée en complément des autres modalités de prise en charge ?
  • Quelles sont les modalités d’une sédation médicamenteuse de courte durée ?
  • Quelles modalités de surveillance mettre en œuvre une fois l’agitation contrôlée ?

Ces recommandations ont été élaborées par la HAS dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 15).

Recommandation de bonne pratique  -  8/7/2009

13. Maladie d'Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Ces recommandations portent sur la prise en charge des troubles du comportement jugés par l’entourage (aidants et proches, professionnels intervenant auprès du patient, autres patients, etc.) comme dérangeants, perturbateurs, dangereux, que ce soit pour le patient ou pour autrui (opposition, agitation, agressivité, comportements moteurs aberrants, desinhibition, cris, idées délirantes, hallucinations, troubles du rythme veille-sommeil). Les troubles du comportement déficitaires ou de retrait (apathie, repli sur soi, dépression), également fréquents au cours de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées, et leur prise en charge ne sont pas traités dans ces RBP.

Ces recommandations visent à :

  • homogéiser les pratiques en termes de diagnostic, de prévention et de traitement des troubles du comportement perturbateurs ;
  • promouvoir les techniques de soins non médicamenteuses ;
  • éviter les prescriptions inappropriées, systématiques ou prolongées de psychotropes, en particulier de sédatifs et de neuroleptiques.

Ces recommandations ont été élaborées par la HAS dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 15).

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
8/7/2009

14. ALD n° 23 - Troubles dépressifs récurrents ou persistants de l’adulte

L’objectif de ce guide médecin est d’expliciter la prise en charge optimale des seuls patients dépressifs admis dans le cadre de l’ALD 23 : « Affections psychiatriques de longue durée ». Ce guide se limite aux troubles dépressifs récurrents (après trois épisodes au moins) et aux troubles de l’humeur persistants et sévères (correspondant à un abaissement de l’humeur).
Sont exclus : l’épisode dépressif isolé, la réaction dépressive brève, la réaction aiguë à un facteur de stress et la dysthymie légère, ainsi que les troubles dépressifs de l’enfant et de l’adolescent.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Guides ALD  -  10/4/2009

15. Modalités d'arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgé

Proposer des stratégies pour faciliter l’arrêt des benzodiazépines (BZD) et médicaments apparentés à l’ensemble des médecins amenés à renouveler une prescription de ces médicaments chez un patient âgé de plus de 65 ans.

Les patients concernés sont les patients âgés de plus de 65 ans recevant depuis au moins 30 jours un traitement par BZD ou médicaments apparentés.

Ces recommandations s’articulent autour des questions suivantes :

  1. Quels sont les risques liés à la consommation de BZD et les bénéfices de leur arrêt chez le patient âgé de plus de 65 ans ?
  2. Comment évaluer la difficulté de l’arrêt ?
  3. Comment diagnostiquer, prendre en charge et prévenir le syndrome de sevrage aux BZD ?
  4. Quelles sont les précautions particulières à l’arrêt des BZD chez le patient âgé de plus de 65 ans ?
  5. Quelles sont les stratégies d’arrêt des BZD chez le patient âgé de plus de 65 ans ?

Ces recommandations constituent une aide au prescripteur afin d'améliorer la prescription des BZD et médicaments apparentés chez le patient âgé de plus de 65 ans.

La HAS met à disposition des médecins un ensemble d'outils d'amélioration et d'évaluation des pratiques de prescription chez le patient âgé dans le cadre de son programme « Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé » (cf. rubrique En savoir +).

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
22/9/2008

16. Prise en charge des complications évolutives d'un épisode dépressif caractérisé de l'adulte

Ces recommandations précisent la prise en charge (bilan initial et traitement) des patients adultes présentant une des 3 complications évolutives possibles d’un épisode dépressif caractérisé (EDC) :

  1. la récurrence ou récidive dépressive,
  2. la persistance de symptômes dits résiduels (EDC en rémission partielle),
  3. la chronicité (EDC > 2 ans).

Les points suivants sont abordés :

  1. les définitions et formes cliniques,
  2. les données épidémiologiques,
  3. les facteurs de risque de complications évolutives,
  4. l'évaluation d’un patient ayant une complication évolutive,
  5. la prise en charge thérapeutique d’un patient ayant une complication évolutive,
  6. le cas particulier de la personne âgée.
Recommandation de bonne pratique  -  29/11/2007

17. ALD n°23 - Schizophrénies

L’objectif de ce guide médecin est d’expliciter pour les professionnels de la santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un patient admis en ALD au titre de l’ALD n° 23 « Affections psychiatriques de longue durée ». Il est limité à la prise en charge du patient atteint de trouble schizophrénique.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Guides ALD  -  27/7/2007

18. ALD n°23 - Troubles anxieux graves

Ce guide médecin est destiné à expliciter, pour les professionnels de santé, la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 23 : affections psychiatriques de longue durée. Il est limité à la prise en charge du patient présentant un trouble anxieux grave.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Guides ALD  -  17/7/2007

19. Expertise psychiatrique pénale

L'objectif de cette audition publique était de réaliser un débat public multiprofessionnel autour de la question de l'expertise psychiatrique pénale et de répondre aux questions suivantes :

  1. Quelle est la place dans la procédure pénale de l’expertise psychiatrique pénale et quels sont les enjeux ?
  2. Quels sont les incidences, les problèmes et les débats actuels autour de la clinique expertale dans les différents temps judiciaires ?
  3. Quelles doivent être les évolutions de la pratique de l’expertise psychiatrique pénale ?
  4. Quelles doivent être les règles éthiques et déontologiques dans la pratique de l’expertise ?
  5. Comment développer la qualité expertale ?

La commission d'audition réunie par la Fédération française de psychiatrie a répondu à ces questions en produisant un rapport et des recommandations.

Méthode : Audition publique
11/7/2007

20. Prise en charge de la psychopathie

Proposer des recommandations pour :

  1. Le diagnostic et la prise en charge des adultes dont l’organisation de la personnalité est à expression psychopathique, tant dans le domaine psychiatrique, que social, que judiciaire.
  2. Le repérage et la prise en charge des enfants et des adolescents ayant des troubles des conduites potentiellement à risque d’évolution vers une organisation de la personnalité à expression psychopathique.
Méthode : Audition publique
31/5/2006

21. Recommandations pour la pratique professionnelle du diagnostic de l'autisme

Ces recommandations portent sur le diagnostic de l’autisme et des autres troubles envahissants du développement chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans. Elles ont pour objectifs d’optimiser le repérage (sensibilisation dès les premiers signes évocateurs) ainsi que d’homogénéiser les pratiques et procédures de diagnostic.
Les principaux thèmes suivants sont abordés :

  1. Bases du diagnostic de l'autisme
  2. Outils de diagnostic et d'évaluation fonctionnelle de l'autisme, et procédures à suivre pour le diagnostic
  3. Informations aux parents au moment du diagnostic
  4. Articulations entre procédure diagnostique et actions de prise en charge
  5. Repérage des anomalies, troubles ou maladies associés à l'autisme
  6. Éléments d'orientation des investigations complémentaires, investivestigations complémentaires à réaliser et articulations entre investigations complémentaires, démarche diagnostique et prise en charge - Conditions de réalisation des investigations faites dans le cadre de la recherche
  7. Intérêts du diagnostic précoce et signes à connaître et à rechercher par les praticiens de première ligne
  8. Instruments de dépistage systématique de l'autisme et conditions du dépistage systématique précoce de l'autisme
  9. Actions à entrependre pour favoriser l'orientation diagnostique précoce - Informations des parents et du grand public
Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
1/6/2005

22. Modalités de prise de décision concernant l’indication en urgence d’une hospitalisation sans consentement d’une personne présentant des troubles mentaux

Préciser les acteurs concernés et les éléments à prendre en compte pour décider d’une hospitalisation sans consentement (hospitalisation à la demande d’un tiers ou hospitalisation d’office) :

  1. Patients potentiellement concernés
  2. Intervenant pré-hospitaliers concernés
  3. Appréciation de la capacité à consentir aux soins
  4. Moyens favorisant l’obtention d’un consentement aux soins
  5. Évaluation de l’entourage familial et social avant la mise en œuvre d’une hospitalisation sans consentement
  6. Indications d’une hospitalisation sans consentement
  7. Alternatives éventuelles à l’hospitalisation sans consentement
  8. Modalités de mise en œuvre d’une hospitalisation sans consentement (rédaction des certificats, modalités de transport, modalités d’accueil hospitalier)
Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
1/4/2005

23. Sortie du monde hospitalier et le retour au domicile d’une personne adulte handicapée sur le plan moteur ou neuropsychologique

L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux cinq questions suivantes, posées au jury :

  1. Qu’est-ce qu’un projet de sortie ?
  2. Comment définir de façon personnalisée le projet de sortie ?
  3. Selon les données actuelles, quelle organisation pour la mise en œuvre pratique et la réalisation du projet de sortie individualisé, dans le contexte de la vie de la personne handicapée ?
  4. Face aux obstacles, aux facteurs limitants et aux attentes réciproques de tous les acteurs (de l’hôpital et du lieu de vie) concernés par la réalisation pratique de la sortie de l’hôpital et du retour à domicile, quelles propositions ?
  5. Comment évaluer le service rendu ?
Méthode : Conférence de consensus
15/12/2004

24. Sortie du monde hospitalier et retour au domicile d’une personne adulte évoluant vers la dépendance motrice ou psychique

L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux six questions suivantes, posées au jury :

  1. Quelles sont les caractéristiques des systèmes d’information existants et de ceux qu’il conviendrait de mettre en place ? Quelles sorties d’informations structurées sont attendues de ces systèmes ?
  2. Quelles sont l’ampleur du champ et les interactions à considérer pour organiser efficacement la prise en charge sur le plan économique ?
  3. Comment évaluer les innovations techniques dans le cadre de la prise en charge du retour et/ou du maintien au domicile ?
  4. Comment évaluer les innovations organisationnelles dans le cadre de la prise en charge du retour et/ou du maintien au domicile ?
  5. La satisfaction du patient et des aidants est-elle un critère valide et crédible dans l’évaluation du retour et/ou du maintien au domicile ?
  6. Quelles recommandations proposer pour le financement du retour et/ou du maintien au domicile ?
Méthode : Conférence de consensus
1/12/2004

25. Liberté d’aller et venir dans les établissements sanitaires et médico-sociaux, et obligation de soins et de sécurité

L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux cinq questions suivantes, posées au jury :

  1. Quelles sont les raisons invoquées pour justifier des restrictions au principe fondamental d’aller et venir ? Lesquelles peut-on retenir ?
  2. Comment sont appréciées les raisons justifiant les restrictions aux libertés selon le lieu, le moment et la situation dans lesquels la personne se trouve ?
  3. Quelles doivent être les conditions d’application des raisons invoquées pour justifier des restrictions au principe fondamental d’aller et venir ?
  4. Comment concilier d’éventuelles restrictions à la liberté d’aller et venir en établissement sanitaire et médico-social et le droit à la vie privée ?
  5. Quelles sont les attentes et les responsabilités des usagers et de leur entourage sur le dilemme entre la liberté d’aller et venir et les obligations de soins et de sécurité dans les établissements ?
Méthode : Conférence de consensus
1/12/2004

26. Prise en charge d'un épisode dépressif isolé de l'adulte en ambulatoire

Ces recommandations concernent la prise en charge d'un épisode dépressif isolé de l'adulte en ambulatoire, en dehors de pathologies organiques ou psychiatriques, notamment maniaques, antérieures ou coexistantes ou survenant dans des situations spécifiques (dépression saisonnière, du post-partum, de la ménopause, etc.).
Elles abordent les thèmes suivants :

  1. les critères diagnostiques d'un épisode dépressif
  2. les principes généraux de la prise en charge en ambulatoire
  3. les moyens thérapeutiques disponibles
  4. les stratégies thérapeutiques en ambulatoire
Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
20/5/2002

27. La crise suicidaire : reconnaître et prendre en charge

L'objectif de cette conférence de consensus est d'améliorer le repérage de la crise suicidaire et l'organisation de la prise en charge afin de prévenir le suicide.
Les thèmes débattus lors de la réunion publique sont :

  1. La conceptualisation de la crise suicidaire
  2. Le repérage et l'évaluation de la crise suicidaire
  3. Les modes d'intervention
  4. Le suivi de crise

Les recommandations répondent aux questions suivantes :

  1. Quelle définition pour la crise suicidaire ?
  2. Comment les non-professionnels peuvent-ils repérer une crise suicidaire et quelle première attitude adopter ?
  3. Comment reconnaître et évaluer la crise suicidaire en milieu sanitaire ?
  4. Quels modes d'intervention proposer ?
  5. Faut-il un suivi après la crise et sur quelle durée l'envisager ?
Méthode : Conférence de consensus
1/10/2000

28. Prise en charge hospitalière des adolescents après une tentative de suicide

Les recommandations répondent plus particulièrement aux trois problèmes suivants :

  1. l'accueil aux urgences hospitalières des adolescents et jeunes suicidants
  2. la réponse hospitalière
  3. le projet de sortie

Le plan des recommandations est le suivant :

  1. les problèmes soulevés par une tentative de suicide chez un adolescent
  2. les principes généraux de la prise en charge des adolescents suicidants
  3. la prise en charge aux urgences des adolescents suicidants (accueil, examen somatique, évaluation psychologique, évaluation sociale)
  4. la prise en charge après la période de soins aux urgences
  5. le suivi ultérieur

Les recommandations s'appliquent aux adolescents et jeunes suicidants âgés de 11 à 20 ans, voire jusqu'à 25 ans.

 

Electroconvulsivothérapie : recommandations - fiche patient

Prise en charge hospitaliére des adolescents après une tentative de suicide (cf. également Cyberconférence sur ce thème)

Diagnostic et prise en charge en ambulatoire du trouble anxieux généralisé de l'adulte
L’anxiété est une émotion normale en réponse au stress dans la vie quotidienne. Elle devient pathologique quand elle est source de détresse pour l’individu qui ne la contrôle plus. La 4e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux élaboré par l’Association américaine de psychiatrie (DSM-IV) définit le trouble anxieux généralisé comme une anxiété et des soucis excessifs, incontrôlables, chroniques, relatifs à des situations réalistes banales, à l’origine d’un état de souffrance qui altère le fonctionnement du patient dans sa vie courante, associés à des symptômes physiques traduisant la tension motrice et l’hypervigilance. Les recommandations traitent du diagnostic et de la prise en charge en ambulatoire du trouble anxieux généralisé de l’adulte. Les questions abordées sont les suivantes : 1 Qu'est ce qu'un trouble anxieux généralisé ? 1 Quels en sont les critères diagnostiques ? 1 Quels sont les diagnostics différentiels ? 1 Existe-t-il des outils de mesure de l'anxiété en pratique courante ? 1 Quels sont les moyens de prise en charge (mesures générales, psychothérapies, traitements médicamenteux) ? 1 Quels sont les principes de la stratégie thérapeutique ?

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
1/3/2001

Recommandations pour la pratique professionnelle du diagnostic de l'autisme
Ces recommandations portent sur le diagnostic de l’autisme et des autres troubles envahissants du développement chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans. Elles ont pour objectifs d’optimiser le repérage (sensibilisation dès les premiers signes évocateurs) ainsi que d’homogénéiser les pratiques et procédures de diagnostic.# Les principaux thèmes suivants sont abordés : 1 Bases du diagnostic de l'autisme 1 Outils de diagnostic et d'évaluation fonctionnelle de l'autisme, et procédures à suivre pour le diagnostic 1 Informations aux parents au moment du diagnostic 1 Articulations entre procédure diagnostique et actions de prise en charge 1 Repérage des anomalies, troubles ou maladies associés à l'autisme 1 Éléments d'orientation des investigations complémentaires, investivestigations complémentaires à réaliser et articulations entre investigations complémentaires, démarche diagnostique et prise en charge - Conditions de réalisation des investigations faites dans le cadre de la recherche 1 Intérêts du diagnostic précoce et signes à connaître et à rechercher par les praticiens de première ligne 1 Instruments de dépistage systématique de l'autisme et conditions du dépistage systématique précoce de l'autisme 1 Actions à entrependre pour favoriser l'orientation diagnostique précoce - Informations des parents et du grand public.

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
1/6/2005

Modalités de sevrage chez les toxicomanes dépendant des opiacés
L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux quatre questions suivantes, posées au jury : 1 Quelle est la place des sevrages dans les stratégies de soin des toxicomanes aux opiacés ? 1 Quelle préparation et mise en place des sevrages ? 1 Quelles sont les modalités et les conditions pratiques du sevrage ? 1 Quels soins après sevrage et suivi ?

Méthode : Conférence de consensus
1/4/1998

La crise suicidaire : reconnaître et prendre en charge
L'objectif de cette conférence de consensus est d'améliorer le repérage de la crise suicidaire et l'organisation de la prise en charge afin de prévenir le suicide.# Les thèmes débattus lors de la réunion publique sont : 1 La conceptualisation de la crise suicidaire 1 Le repérage et l'évaluation de la crise suicidaire 1 Les modes d'intervention 1 Le suivi de crise Les recommandations répondent aux questions suivantes : 1 Quelle définition pour la crise suicidaire ? 1 Comment les non-professionnels peuvent-ils repérer une crise suicidaire et quelle première attitude adopter ? 1 Comment reconnaître et évaluer la crise suicidaire en milieu sanitaire ? 1 Quels modes d'intervention proposer ? 1 Faut-il un suivi après la crise et sur quelle durée l'envisager ?

Méthode : Conférence de consensus

Propositions portant sur le dépistage individuel chez l’enfant de 7 à 18 ans, destinées aux médecins généralistes, pédiatres et médecins scolaires
Ces propositions portent sur le dépistage individuel des affections suivantes chez l’enfant de 7 à 18 ans : 1 les trouble des apprentissages 1 les troubles d’hyperactivité avec déficit de l’attention 1 les anomalies du développement pubertaire 1 la scoliose 1 l'obésité 1 l'asthme et la rhino-conjonctivite allergique 1 les troubles de la vision et de l’audition 1 les risques liés à la sexualité 1 les troubles anxieux 1 les conduites à risque, troubles des conduites, troubles oppositionnels 1 les conduites suicidaires 1 les consommations de produits 1 les troubles du comportement alimentaire 1 la dépression

Méthode : Recommandation pour la pratique clinique
1/9/2005

Prise en charge de la psychopathie
Proposer des recommandations pour : 1 Le diagnostic et la prise en charge des adultes dont l’organisation de la personnalité est à expression psychopathique, tant dans le domaine psychiatrique, que social, que judiciaire. 1 Le repérage et la prise en charge des enfants et des adolescents ayant des troubles des conduites potentiellement à risque d’évolution vers une organisation de la personnalité à expression psychopathique.

Méthode : Audition publique
31/5/2006

Liberté d’aller et venir dans les établissements sanitaires et médico-sociaux, et obligation de soins et de sécurité
L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux cinq questions suivantes, posées au jury : 1 Quelles sont les raisons invoquées pour justifier des restrictions au principe fondamental d’aller et venir ? Lesquelles peut-on retenir ? 1 Comment sont appréciées les raisons justifiant les restrictions aux libertés selon le lieu, le moment et la situation dans lesquels la personne se trouve ? 1 Quelles doivent être les conditions d’application des raisons invoquées pour justifier des restrictions au principe fondamental d’aller et venir ? 1 Comment concilier d’éventuelles restrictions à la liberté d’aller et venir en établissement sanitaire et médico-social et le droit à la vie privée ? 1 Quelles sont les attentes et les responsabilités des usagers et de leur entourage sur le dilemme entre la liberté d’aller et venir et les obligations de soins et de sécurité dans les établissements ?

Méthode : Conférence de consensus
1/12/2004

Sortie du monde hospitalier et retour au domicile d’une personne adulte évoluant vers la dépendance motrice ou psychique
L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux six questions suivantes, posées au jury : 1 Quelles sont les caractéristiques des systèmes d’information existants et de ceux qu’il conviendrait de mettre en place ? Quelles sorties d’informations structurées sont attendues de ces systèmes ? 1 Quelles sont l’ampleur du champ et les interactions à considérer pour organiser efficacement la prise en charge sur le plan économique ? 1 Comment évaluer les innovations techniques dans le cadre de la prise en charge du retour et/ou du maintien au domicile ? 1 Comment évaluer les innovations organisationnelles dans le cadre de la prise en charge du retour et/ou du maintien au domicile ? 1 La satisfaction du patient et des aidants est-elle un critère valide et crédible dans l’évaluation du retour et/ou du maintien au domicile ? 1 Quelles recommandations proposer pour le financement du retour et/ou du maintien au domicile ?

Méthode : Conférence de consensus
1/12/2004


Dernière mise à jour : 02/09/2015

Administrateur du site: Dr Jean-Michel Thurin