Dans la presse :  Phorum 7 The fastest message board... ever.
Revue de presse quotidienne en psychiatrie, santé mentale et recherche associée 
Re: Addictions : La codéine désormais seulement sur ordonnance
Posted by: root (IP Logged)
Date: July 13, 2017 02:29PM

Mediscoop 13 juillet 2017

« La codéine sans ordonnance, c'est fini »

Le Parisien annonce « la fin d’une dérive qui a déjà causé la mort de deux jeunes et en a intoxiqué gravement une quinzaine d’autres en France depuis le début de l’année ». Le journal indique qu’« hier, […] la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé que les médicaments à base de codéine et d’autres dérivés de l’opium seront désormais uniquement vendus sur ordonnance ».

« Cet arrêté ministériel, effectif dès demain, vise à mettre un terme au détournement de ces antidouleurs et antitussifs comme drogue », explique le quotidien.

Le Parisien souligne en effet que « de plus en plus d’ados défilent au comptoir des pharmacies en quête de Codoliprane, Klipal, à 2-3 € la boîte pour leur «maman malade». En réalité, ils avalent ces antalgiques, en quête d’une sensation de défonce et d’un ralentissement du rythme cardiaque. Une partie de cette codéine est transformée en morphine par le foie ».

Le journal rappelle que « Pauline, 16 ans, dépendante de ces cachets, est décédée le 2 mai. Sa maman, Christelle Cebo, qui ne connaissait pas son addiction, avait alors lancé une pétition, recueillant près de 50.000 signatures pour encadrer leur commercialisation ».

Le Parisien indique que « Christelle Cebo veut maintenant aller plus loin. Elle demande la mise en place d’un dossier pharmaceutique qui permettrait de suivre les achats de chaque patient. Du côté des pharmaciens, Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre, accueille favorablement la décision de la ministre, et parle d’«une mesure de santé publique pour protéger nos jeunes» ».

Le quotidien note enfin que « pour les patients, privés de ces antidouleurs efficaces, l’ANSM et l’Ordre des pharmaciens expliquaient hier réfléchir à des alternatives ».

De son côté, Le Figaro titre : « Codéine : la drogue des ados désormais uniquement sur prescription ». Le journal note lui aussi que « les médicaments à base de codéine ne pourront plus être délivré que sur prescription, a annoncé […] le ministère de la Santé. Ce dernier souhaite «mettre un terme à des pratiques addictives dangereuses et potentiellement mortelles» liées à l’usage détourné de ces produits ».

Le Figaro explique ainsi : « Purple Drank, lean, sizzurp… Toutes ces appellations recouvrent la dernière mixture consommée par les adolescents pour faire la fête : de la codéine, un antalgique opiacé, de la prométhazine, un antihistaminique et du soda ».

Jean-Pierre Couteron, président de Fédération addiction, précise que « ce mélange leur procure une euphorie “confortable”, ils n’ont pas l’impression d’être défoncés de façon majeure et cela leur semble moins violent que l’ivresse. […] Ceux que je vois en consultation sont des lycéens. Ils n’en prennent pas à toutes les fêtes, mais 2 ou 3 fois par mois, ce qui est déjà beaucoup à cet âge ».
Le journal souligne que « cette nouvelle mode est loin d’être anodine : elle est responsable de 5 cas d’intoxication graves de mineurs en France depuis le début de l’année. Deux d’entre eux sont morts. Car on l’oublie, mais la codéine, médicament qui dans l’esprit des jeunes peut paraître moins préjudiciable que l’alcool, est un opiacé ».

« Le risque de surdose et de dépression respiratoire est bien réel. Il est surtout imprévisible. En effet, de 6% à 8% de la population transforme plus rapidement la codéine en morphine que la majorité des personnes. Pour une même quantité absorbée, les jeunes qui appartiennent à la catégorie des «métaboliseurs ultrarapides» vont se mettre en danger sans le savoir. Outre le risque de surdose, la consommation de codéine peut aussi entraîner une accoutumance », continue Le Figaro.

Le quotidien ajoute : « Impossible d’évaluer l’ampleur de la consommation car les études sont quasi inexistantes. Mais sur le terrain, les pharmaciens observent une demande croissante ».

Le Pr Nicolas Authier, président de la commission des stupéfiants de l’ANSM, remarque pour sa part : « C’est une solution imparfaite car elle risque de priver une partie de la population de médicaments utiles dans la prise en charge des douleurs aiguës. Mais pouvons-nous accepter un nouveau décès d’adolescent causé par un médicament ? ».



Subject Views Written By Posted
  Addictions. 917 root 01/21/2016 07:01PM
  Addictions. Des médicaments détournés de leur usage par les adolescents 303 root 03/24/2016 08:09AM
  Addiction 12890 root 04/06/2016 01:46PM
  Addiction à l'alcool 179 root 09/01/2016 02:34PM
  Addiction à l'alcool : effet modeste du baclofène 185 root 09/06/2016 05:15PM
  Addiction à l'alcool : abstinence versus réduction 185 root 09/22/2016 02:56PM
  Addictions. Intoxication au cannabis: attention aux enfants 99 root 12/19/2016 10:47AM
  Addictions : L’irrigation du cerveau altérée par le cannabis 87 root 01/10/2017 02:19PM
  Addictions : Effets du cannabis : les preuves scientifiques passées au crible 120 root 01/19/2017 10:40AM
  Addictions : Overdoses par opiacés 15 root 06/26/2017 02:45PM
  Addictions : salle de consommation à moindre risque 14 root 07/03/2017 03:35PM
  Addictions : La codéine désormais seulement sur ordonnance 8 root 07/13/2017 02:22PM
  Re: Addictions : La codéine désormais seulement sur ordonnance 7 root 07/13/2017 02:25PM
  Re: Addictions : La codéine désormais seulement sur ordonnance 6 root 07/13/2017 02:29PM
  Addictions. Et cerveau 9 root 07/21/2017 03:50PM


Sorry, only registered users may post in this forum.
This forum powered by Phorum.