Dans la presse :  Phorum 7 The fastest message board... ever.
Revue de presse quotidienne en psychiatrie, santé mentale et recherche associée 
Rapports : Urgences : les Français n'en abusent pas tant que cela
Posted by: root (IP Logged)
Date: November 05, 2019 10:49AM

Mediscoop/LeFigaro 5 novembre 2019

Damien Mascret s’interroge dans Le Figaro : « Les Français abusent-ils des urgences ? Sans doute, parfois, mais certainement pas aussi souvent qu’on le dit. Car comment distinguer, a priori, «vraies» et «fausses» urgences ? ».

Le journaliste rappelle notamment qu’« en février dernier, la Cour des comptes estimait pourtant, dans son rapport annuel, que «20% des patients actuels des urgences hospitalières ne devraient pas fréquenter ces structures» ».

Il indique que « pour déterminer ce qui semble un recours inapproprié aux urgences, la France utilise la classification clinique des malades aux urgences (CCMU) qui va de 1 (état stable sans nécessité d’actes diagnostiques ou thérapeutiques complémentaires par les services d’urgence) à 5 (pour les urgences vitales). Point important, la CCMU d’un patient est établie par l’urgentiste à l’issue de sa prise en charge ».

La Cour des comptes note ainsi : « Il est permis d’estimer, de manière sommaire, que les 10 à 20% des patients n’ayant besoin d’aucun acte complémentaire d’imagerie ou biologique médicale (CCMU 1) auraient pu donner lieu à une prise en charge en ville en médecine générale ».

Damien Mascret ajoute qu’« en mai 2018, le médecin urgentiste et député Thomas Mesnier rendait à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, un rapport sur l’organisation des soins non programmés dans les territoires ».

« Il reprenait l’analyse faite en 2013 par la Drees d’un jour aux urgences, le 11 juin 2013, soit 52.000 entrées dans 736 points d’accueil. Le député retenait le chiffre considérable de 43% de passages inappropriés aux urgences, tout en reconnaissant que la méthodologie avait ses limites », continue le journaliste.

Damien Mascret relaie une « étude que vient de publier dans le British Medical Journal Quality & Safety le Dr Diane Naouri, doctorante en économie de la santé au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (université de Paris-Saclay), repose sur l’enquête réalisée par la Drees en 2013, avec la Société française de médecine d’urgences (SFMU) ».

Le Dr Naouri indique ainsi qu’« en utilisant trois méthodes différentes d’évaluation des recours inappropriés aux urgences, on obtient des taux de 13 à 27% [de passages inappropriés]. Sauf que lorsque l’on croise les trois mesures la concordance n’est plus que de 6% ».

Le journaliste poursuit : « Qu’il y ait parfois des abus, personne ne le nie, mais pour le Dr Naouri, ce n’est pas tant ce chiffre qui est important que la leçon à en tirer ».

Le Dr Naouri remarque : « Il faut arrêter de culpabiliser les patients. Dans notre travail nous remettons en question le concept de recours inapproprié. Il faut toujours se poser la question de l’alternative qui était possible pour répondre à la demande de soins d’un patient ».

Damien Mascret ajoute que « l’urgence ressentie doit être prise en compte, même si cela n’en était finalement pas une. C’est toujours plus facile a posteriori. Enfin, les urgences sont aussi, parfois, une réponse à la précarité socio-économique ».



Subject Views Written By Posted
  Rapports 583 root 05/24/2018 02:16PM
  Rapports/ Congrès international d'hypnose médicale 207 root 06/16/2018 11:45AM
  Expertises et Rapports: Expertise collective de l’Inserm sur les déficiences intellectuelles 290 root 06/16/2018 11:47AM
  Rapports : Urgences : les Français n'en abusent pas tant que cela 20 root 11/05/2019 10:49AM


Sorry, only registered users may post in this forum.
This forum powered by Phorum.