Dans la presse :  Phorum 7 The fastest message board... ever.
Revue de presse quotidienne en psychiatrie, santé mentale et recherche associée 
Soins psychiatriques : La psychiatrie française est-elle "inhumaine" et "dégradante" ?
Posted by: root (IP Logged)
Date: March 02, 2018 02:05PM

Mediscoop / La Croix 2 mars 2018

« La psychiatrie française est-elle "inhumaine" et "dégradante" ? »

C’est la « question du jour » que pose La Croix. Le journal note en effet que « la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, s’alarme [...] des conditions «indignes» d’accueil des patients relevant de la psychiatrie au CHU de Saint-Étienne. Depuis plusieurs années, cette instance multiplie les alertes sur la psychiatrie ».

Adeline Hazan déclare ainsi : « Lors de notre visite, nous avons constaté la présence [aux urgences du CHU de Saint-Etienne] de 20 patients relevant de la psychiatrie : 13 d’entre eux étaient allongés sur des brancards, dont 7 étaient attachés au niveau des pieds et d’une ou deux mains. Cinq d’entre eux étaient aux urgences depuis plus de 3 jours et un depuis 7 jours. Ils n’avaient pas pu se laver ni se changer ni avoir accès à leur portable ».

« Ces patients ne présentaient pas d’agitation particulière, ce qui rend scandaleux ce recours à la contention, qui ne doit être utilisée qu’en cas de danger pour soi-même ou pour autrui. À la suite de notre signalement, la direction du CHU a réagi avec rapidité, sans nier la gravité des faits et en prenant des mesures pour y mettre un terme », indique la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté.

Elle ajoute qu’« à ce jour, nos services ont visité environ 50% des hôpitaux psychiatriques en France. Tous ne sont pas confrontés à ces dérives. Mais, de manière générale, on constate une banalisation du recours à la contention ou de la mise à l’isolement des patients. Ces mesures peuvent se justifier dans certains cas mais de façon encadrée, contrôlée et limitée dans le temps. Or, trop souvent, on voit des équipes qui attachent ou qui isolent sans vraiment réaliser qu’il s’agit là de mesures attentatoires à la liberté ».

Adeline Hazan relève que « dans certains établissements, les chambres d’isolement ne sont pas équipées d’un bouton d’appel. Quand les patients veulent solliciter un soignant, ils tapent contre les murs ou, quand ils sont attachés, sont obligés de crier. Voilà bien des situations qui, comme pour ces patients de Saint-Étienne, sont inhumaines et dégradantes au sens de la Convention européenne des droits de l’homme. Et, oui, dans certains cas, les hôpitaux psychiatriques sont maltraitants ».

De son côté, Stéphane Bourcet, président de l’Intersyndicale de défense de la psychiatrie publique (Idepp), déclare que « nos pratiques sont très encadrées et visent à protéger les patients ».

Le responsable souligne que « les hôpitaux psychiatriques sont confrontés à un manque de moyens humains qui rend plus difficile la prise en charge des patients. [...] La baisse des tarifs complique aussi notre travail. Mais on ne peut laisser dire que la psychiatrie est maltraitante ou inhumaine en France. Des dérives peuvent exister ici ou là mais, dans la très grande majorité des cas, les équipes travaillent dans le respect des droits et de la liberté des patients ».

Stéphane Bourcet ajoute : « Il faut en finir avec cette idée qu’on attacherait les patients pour le plaisir ou qu’on les mettrait à l’isolement par facilité. Aujourd’hui, la contention et l’isolement sont encadrés par une loi de janvier 2016 et par des recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS). Ce sont des actes qui doivent être réalisés sur prescription médicale. Toute personne chez laquelle une contention est mise en place doit être réévaluée toutes les 6 heures. Et, pour une personne à l’isolement, c’est toutes les 12 heures ».

Il indique qu’« il faut aussi comprendre que, dans certains cas, certaines pathologies peuvent donner lieu à des éclosions délirantes et hallucinatoires, avec des accès de violence parfois très difficiles à maîtriser ou stabiliser. Prendre en charge un patient qui souffre de psychose est parfois très complexe et il faut éviter de faire des raccourcis. Un patient qui crie ou qui tape, cela peut aussi s’expliquer par un état difficile à maîtriser ».

« Bien sûr, on peut toujours progresser. Mais, franchement, la psychiatrie aujourd’hui n’est plus celle que j’ai connue quand j’ai commencé mes études. […] Sur la mise en pyjama, là aussi on a avancé. Par le passé, cela pouvait faire partie de l’arsenal des soins. Aujourd’hui, c’est quelque chose qui appartient au passé », continue Stéphane Bourcet.



Subject Views Written By Posted
  Soins psychiatriques 13960 root 04/05/2016 11:05AM
  La HAS publie un guide sur la Prévention des épisodes de violence en psychiatrie 334 root 12/05/2016 10:21AM
  Soins psychiatriques : Contention et isolement en psychiatrie 224 root 03/21/2017 11:39AM
  Soins psychiatriques : Contention et isolement en psychiatrie 262 root 03/28/2017 08:21AM
  Soins psychiatriques : Est-il bien justifié de tirer sur l’ambulance psychiatrique ? 422 root 06/28/2017 02:18PM
  Soins psychiatriques : à Amiens, l'hôpital abandonné 127 root 11/21/2017 11:37AM
  Soins psychiatriques : A Rennes, les soignants de l'hôpital psychiatrique en souffrance 209 root 12/14/2017 01:55PM
  Soins psychiatriques : Conditions indignes au CHU de Saint-Etienne, 74 root 03/01/2018 02:12PM
  Soins psychiatriques : La psychiatrie française est-elle "inhumaine" et "dégradante" ? 102 root 03/02/2018 02:05PM
  Soins psychiatriques : programme thérapeutique addictions plutôt que prison 4 root 07/10/2018 04:56PM


Sorry, only registered users may post in this forum.
This forum powered by Phorum.